ANAPI
anapi

L’Indochine ? De nos jours cette notion échappe à la plupart de nos concitoyens. Il s'agit d'une entité géographique et politique rassemblant, aux XIXème et XXème siècles, des pays liés à la France soit par un accord de protectorat, tels l'Annam, le Laos, le Cambodge et le Tonkin, soit par le statut de colonie telle la Cochinchine.

A partir du coup de force Viet Minh du 19 décembre 1946, la France dut s'engager dans une guerre dont l'objectif stratégique était d'éviter à ces pays le joug communiste, appelé à les faire tomber dans la zone d'influence soviétique. Elle leur avait accordé l'indépendance dès 1949 et la situation s'était aggravée après l'arrivée au pouvoir de Mao Tsé Tong la même année. Ce conflit s'inscrivait donc dans le cadre de la« guerre froide ».

Faisons un bref rappel historique concernant les grandes dates de la présence française, les principales réalisations qui en découlèrent, et terminons par un aperçu de la situation contemporaine.


UN PEU D'HISTOIRE

Dès 1615 pénètrent les premiers missionnaires catholiques. Le jésuite Alexandre de Rhodes invente le « quoc ngu »,en remplacement du« Chu-Nôm» adapté du chinois au XIIème siècle. Il transcrit la langue annamite en caractères latins. C'est un apport culturel déterminant permettant une ouverture sur la civilisation moderne, à une population qui connaissait mal l'écriture héritée des chinois.

L'œuvre sera poursuivie et amplifiée par Monseigneur Pigneau de Béhaine. En 1802, il aide l'Empereur d'Annam Gia-Long à libérer son pays de la domination chinoise, et à l'unifier sous le nom d'Empire du Vietnam.

Rappelons que le mot chinois« An Nam» signifie: « Colonie du sud ». Dans notre langage le terme « anamite» était donc considéré comme péjoratif, la Chine ayant toujours cherché à étendre sa suzeraineté sur le Vietnam.

Par la suite le XIXème siècle verra la France établir son protectorat sur le Cambodge (1863), l'Annam et le Tonkin (1883); la Cochinchine devient une colonie (1867), et l'ensemble est intégré dans l'Union Indochinoise en 1887 sous l'impulsion de Jules Ferry.

La Chine a renoncé à sa prépondérance par le second traité de Tien-Tsin en 1885.   Le protectorat s'étend au Laos en 1893.

Notre implantation n'alla pas sans difficulté au XIXème siècle. La présence française, librement acceptée et reconnue par des traités, rencontra des péripéties comme toute entreprise humaine, et des oppositions liées à un phénomène naturel de rejet de la part de certaines populations autochtones.

La pacification du Tonkin nécessita des actions militaires : siège de Tuyen Quang, prise de Sontay, répression des émeutes de Yen Baï, lutte contre les pavillons noirs et les pirates venus de Chine. De nombreuses opérations furent nécessaires pour établir et maintenir la paix.


Dès lors, l'œuvre française s'épanouira cinquante ans durant, jusqu'à la deuxième guerre mondiale et la défaite française de juin 1940, qui lui causeront de grands dommages.
Aussitôt, dès septembre, le Siam (actuelle Thaïlande) ayant des visées territoriales, engage contre la France des actions terrestres à la frontière du Cambodge et du Laos, et navales dans le Golfe du Siam. Nos faibles forces doivent riposter. L'action se termine· après une médiation

japonaise en 1941, ce qui laisse mal présager de la suite.
En effet, peu après, plus grave et déterminante la menace du Japon se précise. Fort de ses succès, dès 1941, il extorque à l'Amiral Decoux, Gouverneur général, un protocole lui permettant l'occupation de certaines zones. Il les étend ensuite à l'ensemble du territoire dont il proclame l'indépendance en 1943 en faveur du Viet-Minh.

Puis le 9 mars 1945 il lance, par surprise et traîtrise, un coup de force contre toutes les positions de l'armée française dont il tue ou capture de nombreux combattants. Certains parviennent à rejoindre la brousse ou la Chine (colonne Alessandri). Beaucoup de militaires captifs des bagnes nippons ou aux mains de la Kempétaï (la Gestapo japonaise), auront la vie sauve in extremis grâce à la bombe atomique d'Hiroshima. Elle entraîne la capitulation du Japon, tandis que BaoDaï, l'empereur du Vietnam, démissionne.

A son arrivée le Corps Expéditionnaire Français d'Extrême Orient (CEFEO), commandé par le général Leclerc, trouve une situation confuse, tandis que les Chinois occupent le Tonkin et les Anglais la Cochinchine.

La France doit alors traiter avec le Viet-minh présidé par Ho-Chi-Minh, qui dirige le premier gouvernement vietnamien. Elle organise alors avec lui la Conférence de Fontainebleau (1946), où est établi un « modus vivendi» permettant aux forces des deux partis de cohabiter. Un équilibre fragile s'instaure, jusqu'à l'attaque lancée par surprise contre les forces françaises le 19 décembre de la même année.

Mettant fin au simulacre de cohabitation le Viet-minh engage la lutte armée qui durera huit ans. Au cours du conflit 39 980 militaires français tomberont entre ses mains, et 9934 seulement survivront (25%), soit une mortalité comparable à celle des camps nazis. Un sur quatre disparut: là réside le crime contre l'humanité.

La guerre se termine après la chute de Dien Bien Phu par la Conférence de Genève (1954). Elle aboutit à la partition de l'ensemble constitué par le Tonkin, l'Annam et la Cochinchine, au niveau du 17ème parallèle en deux Etats. Au Nord la République Démocratique du Vietnam socialiste, soutenue par la Chine et l'URSS; au Sud la République du Vietnam libérale soutenue par les Etats-Unis.

Les territoires de celle-ci seront infiltrés par un mouvement de résistance révolutionnaire, téléguidé par le Nord, et instrument de son impérialisme, le Viet-Cong.
Ceci provoquera l'intervention des Etats-Unis, qui conduiront au Nord une guerre aérienne et au sud des opérations terrestres. L'intrusion au sud du 17ème parallèle de l'armée nord vietnamienne, bouleversera les données du conflit. Avec le Viet-Cong, celle-ci prendra Saigon, rebaptisée aussitôt Ho-Chi-Minh- Ville, le 30 avril 1975, chassant définitivement le gouvernement sud-vietnamien et les américains. De la sorte sera réussie, au profit exclusif de la République Démocratique du Vietnam Nord (RDVN), la réunification du Vietnam socialiste.


LES GRANDES REALISATIONS DE LA FRANCE EN INDOCHINE

L'œuvre de la France en Indochine fut réalisée par de grands serviteurs de l'Etat qui prirent la juste mesure de la situation et apportèrent des solutions appropriées. Elle fut poursuivie jusqu'à 1940.

Citons en particulier: des militaires : Lyautey, Gallieni, l'amiral Courbet; des explorateurs:
Francis Garnier, Doudart de Lagrée, Auguste Pavie; des gouverneurs généraux Paul Bert et Paul Doumer; des hommes politiques comme Jules Ferry.

Avant 1802 l'invention du «Quoc Ngu », permettant la transcription de la langue annamite en 37 caractères latins, représente un apport capital permettant l'ouverture du pays à la culture industrielle moderne. Ce système remplace l'écriture Chu-Nôm imposée par la domination chinoise.

Par la suite la réalisation des digues du Fleuve Rouge et de ses affluents met le delta du Tonkin et ses populations à l'abri des inondations et de la famine. Les américains eux-mêmes, par souci d'humanité, renonceront à les bombarder.

Sciences et culture bénéficient de la création de facultés (médecine, pharmacie, sciences).
Sont construits des établissements de toutes sortes: Grandes Ecoles (Beaux Arts et Agriculture) ; dix huit lycées et collèges; de nombreuses écoles primaires publiques, ce qui accélère l'alphabétisation des masses. En 1942 on recensera 61.6975 élèves et 9.036 maîtres. Cette situation place l'Indochine en tête de tous les pays du Sud-Est Asiatique, et même devant le Siam (Thaïlande).

La médecine bénéficie d'un effort particulier : création de l'Ecole de médecine d'Hanoi, dont seront issus la plupart des médecins vietnamiens ; création de quatre Instituts Pasteur, de sept hôpitaux, de cinquante cliniques ou dispensaires, de sept léproseries, et de dix orphelinats.
Alexandre Yersin (1863-1943), microbiologiste français, découvre le bacille de la peste, dirige les Instituts Pasteur, et initie la culture de l'hévéa, richesse du Cambodge et de la Cochinchine. D'autres chercheurs luttent contre la lèpre, le choléra, le typhus, la malaria (paludisme), fièvre Jaune.

Simultanément a lieu le développement et la modernisation de l'économie grâce à de nombreuses réalisations:
-Infrastructures portuaires: Saigon, Hongaï (mines de charbon), Haiphong.
- Voies de communication: 5000 kilomètres de routes; des liaisons ferroviaires: d'Hanoi
à Saigon prolongées jusqu'au Yunnan en Chine :3000 kilomètres de voies ferrées sont construites ainsi que le pont Doumer (ferré et routier (1898-1902)-style Eiffel-1780 mètres de long) enjambant le Fleuve Rouge à Hanoi.
-Développement du secteur minier: charbonnages de Hongaï; mines de fer, de zinc, d'étain, de manganèse.
-Expansion des plantations: coton (création de la cotonnière de Nam Dinh), thé, café (en moyenne région); hévéas (Cambodge et Cochinchine); riz (les surfaces sont sextuplées).
-Création des industries de transformation : cimenteries, rizeries, filatures, tissages etc.
-Développement des voies navigables : 7000 kilomètres de canaux;
-Aménagement des digues du Fleuve Rouge.


LES ERREURS OU OMISSIONS DU SYSTEME COLONIAL:
EVITONS L'ANGELISME

Certes, parfois imbus, sans fondement d'ailleurs, de notre «supériorité d'Occidentaux », nous n'avons pas donné, au bon moment, leur place aux élites vietnamiennes que nous avions formées.

Certes nous n'avons pas su tirer les leçons des bouleversements issus de la deuxième guerre mondiale, et partir à temps, sans attendre la pression des évènements, comme le firent les Anglais dans leur empire. Et pourtant nous avons créé, trop tard peut-être, l'Union française, à l'image du Commonwealth britannique.

Certes profitant de l'œuvre accomplie, se sont manifestés des intérêts mercantiles exploitant une main d'œuvre peu qualifiée, sans lui assurer la formation et les garanties sociales, qui, d'ailleurs, n'existaient pas en Europe à l'époque.

Mais n'oublions pas les retombées bénéfiques que les Vietnamiens eux-mêmes reconnaissent aujourd’hui, par exemple en fêtant la Francophonie.

Le fameux «pillage des ressources» n'eut pas lieu puisque celles-ci furent mises en valeur sur place: culture du coton, extension des rizières, introduction de l'hévéa (importé d'Amazonie), développement de l'industrie et des communications, recherche minière etc.


Que conclure ?

Nous les soldats de la République, envoyés par elle sur cette terre lointaine pour y colporter et défendre les idéaux de la Révolution, n'avons pas à rougir de l'œuvre accomplie. Nous avons répandu « l'universalisme républicain à la faveur d'un rapport de forces qui ne disqualifie pas pour autant les valeurs qui le fondent. C'est si vrai que les élites des mouvements de libération des peuples de l'Empire les ont retournées contre la France, après les avoir reçues d'elle », comme l'écrit Alain Gérard Slama, dans le Figaro..

N'ayons donc pas peur de ce mot colonisation, tabou de nos jours. Ne signifie-t-il pas: « action conduite par un peuple avancé au profit d'un peuple émergent, pour l'amener au niveau de la civilisation moderne, et faciliter son insertion dans le concert des nations ».

L'histoire du monde abonde d'exemples de ce genre, à commencer par la nôtre, dont le pays fut colonisé par les romains qui lui apportèrent les bienfaits de la culture Gréco-Latine. Nous en fûmes les dignes continuateurs.

Nous refusons donc l'auto-flagellation et la repentance, pure technique marxiste, connue par nous dans les camps. C'est une pédagogie fondée sur la mauvaise conscience. Elle se proposait de nous amener à combattre la cause que nous étions venus défendre. De nos jours elle s'appuie sur le «politiquement correct» diffusé par ceux que Lénine appelait «les idiots utiles ». De bonne foi ils font le jeu de l'ennemi. Evitons donc l'angélisme.


LA SITUATION CONTEMPORAINE: AMERE VICTOIRE

Le Vietnam réunifié sous la main de fer du gouvernement communiste d'Hanoi aura de la peine à se relever des séquelles héritées de trente années de guerre. Les suites de la victoire seront dures à maîtriser. Dopés, les communistes vietnamiens se lancent dans des interventions militaires, au Cambodge et au Laos, se terminant par des retraites. De même tourne court un conflit frontalier avec la Chine.

Dans le sud, l'esprit de revanche des vainqueurs provoque un exode massif des opposants catholiques, métis et chinois...les « boat people ».Ils fuient vers le monde occidental.
Les droits de l'homme sont bafoués, et de nombreux camps sont ouverts, où sont enfermées et «rééduquées », des années durant, toutes les personnes compromises avec le régime sud vietnamien. Elles subissent un lavage de cerveau, connu antérieurement par nos soldats captifs au Nord dans les camps viets, entre 1946 et 1954, mais utilisant des méthodes « améliorées »encore plus perverses.

Après 1985, pressé par les réalités économiques, le régime communiste, tout en restant figé dans sa doctrine marxiste désuète, s'assouplit et procède à une ouverture, le« Do Moï». Il libère progressivement l'économie et accepte l'apparition d'un néocapitalisme de plus en plus ambitieux.
Dès 1995 sont rétablies les relations diplomatiques avec les Etats-Unis, et une croissance économique libérale, à l'image de celle du grand frère chinois, voit le jour. En 2010, les États-Unis sont les principaux partenaires économiques du Viêt Nam pour ses exportations. Mieux encore, les deux pays ont menés des exercices navals communs dans le port de Da Nang.

 

Le Cambodge pour sa part devra encore endurer le règne sanglant des Khmers rouges avant de trouver un semblant de paix. Le PPC (Parti du Peuple Cambodgien), anciennement communiste, reste le premier parti du pays. Le pays est aujourd'hui confronté à une série de choix douloureux. Son économie dépend encore très largement de l'aide internationale et souffre d'une corruption très importante. D'autres problèmes hérités du désastre khmer rouge obèrent aussi le développement du pays comme la question des terres (le cadastrage, supprimé par les Khmers Rouges, est encore loin d'être finalisé) ou l'éducation, le système éducatif ayant été complètement détruit par les Khmers rouges (enseignants assassinés, etc.).

 

Le Laos est un État communiste dirigé par le Parti révolutionnaire populaire lao, parti unique d'obédience marxiste-léniniste. Une partie des communautés de l'ethnie des Hmong du nord du pays a combattu aux côtés des États-Unis lors de la guerre du Viêt Nam et de la guerre civile laotienne. L'opposition en exil dénonce régulièrement les atteintes aux Droits de l'homme commis contre les Hmongs. Le Laos est un des pays les plus pauvres du monde.

 

Dès lors on peut se demander à quoi ont servi trente années de guerre féroce contre les «capitalistes» français et américains ... et tant de sacrifices et de morts !

 

 

 Haut de page


 

Formulaire d'adhésion